Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA FACELS, SON HISTOIRE, SON PRESENT, SES SERVICES

Rechercher

POUR UNE HISTOIRE DU MONDE ASSOCIATIF SAINTAIS

POUR UNE HISTOIRE DU MONDE ASSOCIATIF SAINTAIS

 

POUR UNE HISTOIRE DU MONDE ASSOCIATIF SAINTAIS

ASSOCIATIONS MEMBRES

SALON DU LIVRE DES DROITS DE L'HOMME ET DE LA SOLIDARITE

SALON DU LIVRE DES DROITS DE L'HOMME ET DE LA SOLIDARITE

 

HISTORIQUE

 

COLLECTIF DES ASSOCIATIONS ORGANISATRICES

 

SALON 2013

 

SALON DU LIVRE 2013

 

SALON 2012

 

SALON DU LIVRE 2012

 

SALON 2011

 

SALON DU LIVRE 2011

 

 

SALONS DE 2002 A 2010

 

SALONS DE 2002 A 2010


COMPTEURS

NOMBRE TOTAL DE VISITEURS :

Compteur pour blog gratuit

Compteur de visiteurs en lignes

8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 21:00

JOURNEE NATIONALE DU SOUVENIR

DES VICTIMES ET DES HEROS

DE LA DEPORTATION

 

Dimanche 26 avril 2015, nous commémorerons les 70 ans de la Libération des Camps

Nos amis de l'AFMD, qui appartiennent au Collectif des Associations humanitaires organisatrices du SALON DU LIVRE DES DROITS DE l'HOMME ET DE LA SOLIDARITE, ont demandé à la Ville de Saintes que quelques mots en souvenir des familles juives déportées de Saintes soient prononcées ce dimanche plutôt que le 8 Mai comme nous le faisons auparavant.

Je vous propose la lecture d'un poème de Francine CHRISTOPHE qui a elle-même été déportée et a été la présidente du Salon du livre de SAINTES en 2007

 

A MES AMIS LES ENFANTS REVENUS DE LA-BAS

Nous sommes juste une poignée

D'enfants sortis des barbelés.

Dans ce drôle de "pensionnat"

Nous nous sommes connus enfant...

Dans un drôle de "pensionnat"?

Il faut le dire à nos enfants

 

On y marchait toujours au pas

Sous la menace du bâton.

Les appels si longs, et le froid,

Et les brimades, sans raison.

 

On y manquait toujours de pain.

La soupe de rutabaga

Ne tenait pas à l'estomac.

La douleur que donnait la faim!

 

 

La vermine trouait la peau

Nous étions couverts de bobos.

Toujours des cris, des coups de poing,

Des cadavres dans tous les coins.

 

Aïe! Kapo, je suis un enfant!

Kapo, cette fumée qui voile

Et le ciel et la liberté?

Aïe! Kapo, je suis un enfant!

Un enfant qui porte une étoile

Et qui se bat pour résister...

 


Partager cet article

Repost 0
Published by facels - dans MANIFESTATIONS