Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA FACELS, SON HISTOIRE, SON PRESENT, SES SERVICES

Rechercher

POUR UNE HISTOIRE DU MONDE ASSOCIATIF SAINTAIS

POUR UNE HISTOIRE DU MONDE ASSOCIATIF SAINTAIS

 

POUR UNE HISTOIRE DU MONDE ASSOCIATIF SAINTAIS

ASSOCIATIONS MEMBRES

SALON DU LIVRE DES DROITS DE L'HOMME ET DE LA SOLIDARITE

SALON DU LIVRE DES DROITS DE L'HOMME ET DE LA SOLIDARITE

 

HISTORIQUE

 

COLLECTIF DES ASSOCIATIONS ORGANISATRICES

 

SALON 2013

 

SALON DU LIVRE 2013

 

SALON 2012

 

SALON DU LIVRE 2012

 

SALON 2011

 

SALON DU LIVRE 2011

 

 

SALONS DE 2002 A 2010

 

SALONS DE 2002 A 2010


COMPTEURS

NOMBRE TOTAL DE VISITEURS :

Compteur pour blog gratuit

Compteur de visiteurs en lignes

13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 13:28

DENIS ROBERT, président d'Honneur du Salon 2012

Conférence inaugurale Après Clearstream

vendredi 30 novembre à 20h30 à l'Auditorium de l'Abbaye aux Dames

 

Denis Robert, né le 9 mai 1958 à Moyeuvre-Grande est journaliste et écrivain. Son oeuvre se compose de romans, de films documentaires et d'essais (journalisme d'investigation). Il est aussi plasticien et expose dans différentes galeries parisiennes.

Ses livres, films, interviews à la presse, dénonçant le fonctionnement opaque de la chambre de compensation financière Clearstream lui ont valu de nombreuses procédures judiciaires  (environ 60) intentées contre lui en France, en Belgique et au Luxembourg par des banques comme Menatap (banque russe), la Banque générale de Luxembourg (filiale de Fortis) et la société Clearstream.

Il a été, en 2008, au coeur d'une polémique qui l'a opposé à l'ancien patron du journal Charlie Hebdo, Philippe Val et au journaliste Edwy Plenel.

Le 3 février 2011, soit après dix ans de procédures judiciaires, il est blachi par la Cour de Cassation de sa condamnation pour ses deux ouvrages Révélation$ et la Boîte noire ainsi que pour son documentaire Les dissimulateurs.

 

 

Le comité de soutien à Denis Robert s'est dissous dans la joie

Ni fan-club, ni secrétariat, ni cabinet noir, le Comité de soutienà Denis Robert s'est constitué en 2006 au plus fort de la tempête judiciaire essuyée par [Denis], depuis la publication de ses livres Révélation$ et la Boîte noire (Les Arènes), minutieuses enquêtes autour de la chambre d compensation Clearstream, des circuits parallèles de la finance, du blanchiement d'argent.

Bombardé de plaintes(en tout une soixantaine de procès dans six payx, plus de 3000 visistes d'huissiers à son domicile, un marathon judiciaire hrs norme et unique dans les annales de la presse d'investigation). Denis Robert devait faire face, moralement à un harcèlement continu, et matérielllement à des frais de justice croissants.

Il avait besoin d'un coup de main, nous le lui avons donné.

Chaque centime récolté par le comité aura contribué, à payer sa défense devant les tribunaux. Pour cela, nous avons sollicité des artistes, organisé des spectacles de soutien à Paris et en province. Nous avons vendu aux enchères des oeuvres offertes par des peintres, des dessinateurs. Fabriqué et fédéré les bonnes volontés de tous ces gens, connus, moins connus, anonymes, pour que le combat de Denis Robert devienne celui de tous les citoyens, d'une société responsable. Pour que son travail soit reconnu. Pour l'aider à tenir le coup.

 

Il a tenu le coup. Il n'a pas lâché, jamais.


Le 3 février 2011, par trois arêts désormais historiques, la Cour de Cassation rendait un jugement définitif sur son travail, validant le sérieux de la qualité de ses enquêtes, certifiant sa bonne foi et sa probité. Le 29 novembre, la Cour d'appel de Lyon confirmait ce happy end. C'est une victoire personnelle, après dix années de lutte et de résistance aux pressions. C'est aussi une victoire pour la profession de journaliste. Depuis ces arrêts, dans plusieurs procédures, comme celle opposant le président de Guinée équatorial au Comité catholique contre la faim, ou celle où le documentariste Jean Robert Viallet était poursuivi par la société Carglass, des journalistes ont bénéficié de la "jurisprudence Denis Robert" et ont gagné. Nous avons ainsi contribué à une évolution de la loi permettant une plus grande liberté d'expression. La plus hautre juridiction française a en effet jugé que Denis Robert n'avait pas diffamé la multinationale Clearstream car "l'intérêt général du sujet traité et le sérieux constaté de l'enquête, conduite par un journaliste d'investigation, autorisaient les propos et les imputations litigieux". Les tribunaux français devront dès lors être plus tolérants avec les journalistes enquêtant sur de sujets difficiles. Ils devront mieux respecter l'article 29 de la loi du 29 juillet 1881, sur la liberté de la presse, et surtout l'article 10 de la Convention européenne des droits de l'homme. Ce qu'ils ne faisaient pas jusqu'alors.

Aujourd'hui, le calme est revenu. Denis Robert peut reprendre sereinement ses activités d'écrivain, de cinéaste.

 

Le Comité de soutien met la clé sous la porte

 

Nous remercions Denis Robert pour son boulot et l'aventure qu'il nous a permis de vivre à ses côtés, les finalement bons moments passés dans la tourmente. Nous remerions toux ceux qui par leurs dons matériels ou humains, leurs encouragements, leur présence nous ont aidé à l'aider. Et nous souhaitons bon courage à ceux qui dans le futur prendront le relais. Car si denis Robert a gagné le droit de dire la vérité, l'argent sale continue de circuler, d'être blanchi et les paradis fiscaux n'ont jamais été aussi accueillants, en partie, grâce aux chambres de compensation internationale.

 

Le Comité de soutien de Denis Robert


Partager cet article

Repost 0
Published by facels - dans SALON DU LIVRE 2012